Réunion publique “Budget 2015 et perspectives”

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 10/04/2015
20h30

Emplacement
Salle Kejadenn

Catégories


Réunion « Budget 2015 et perspectives » : Une réunion d’information concernant le budget 2015 et les perspectives des années suivantes se tiendra vendredi 10 avril à 20h30 à la salle Kejadenn. (Voir article ci-dessous)

 

La triste réalité budgétaire de Logonna Daoulas

L’élaboration du budget prévisionnel 2015 a permis d’étudier, dans le détail, les perspectives financières de notre commune. Hélas, les prévisions sont bien plus sombres que nous l’avions imaginé lors de la campagne électorale.

Nous réglerons cette année les dernières factures concernant les 3 derniers investissements : la salle Kejadenn, la mairie et l’aménagement du bourg, qui nous le rappelons, auront couté à la commune la somme de 3 600 000€.

Pour financer ces investissements, l’équipe précédente a fait le choix d’emprunter. Le tableau d’amortissement des prêts en cours est le suivant :

amortissements-prêts-logonn

Pour pouvoir boucler le budget primitif 2015, il manque aujourd’hui encore 250 000€ !

Et pourtant, dès notre arrivée, les dépenses de fonctionnement ont été analysées avec un seul objectif : les réduire. Les dépenses inutiles ont été supprimées, la mise en concurrence est devenue systématique, les nombreux contrats ont été épluchés et renégociés : téléphonie, gaz, extincteurs, impression, ….Chaque ligne de la section de fonctionnement du budget primitif 2015 a été étudiée pour être calibrée au strict nécessaire.

En parallèle, sont apparues de nouvelles dépenses : les Temps d’activités Périscolaires, les coûts d’exploitation des nouveaux équipements (contrats ascenseurs 3000€/an, électricité Kejadenn 13 000 €/an pour exemples).

De plus, le désengagement de l’Etat entraine une réduction régulière sans précédent de nos dotations estimée à 200 000€ en 4 ans. Ce désengagement se traduit également au niveau de l’instruction du droit des sols (les permis de construire), qui ne sera plus réalisée gratuitement par les services de la Direction des Territoires et de la Mer. Plus simplement, les économies que nous avons pu dénicher sont aussitôt englouties par de nouvelles charges et ne peuvent compenser la réduction de nos dotations.

Qu’en est-il des investissements de l’équipe d’Hervé BRIANT ? En 2014, la nouvelle équipe municipale a réalisé 30 000€ d’investissement dont le remplacement de la chaudière de la bibliothèque datant de 1974 et le revêtement du parking de l’école. Le budget d’investissement 2015 pourrait faire sourire si la situation n’était pas si dramatique : 55 000€ de décisions « nouvelle municipalité »  auxquels il  convient de rajouter les études obligatoires du Plan Local d’Urbanisme et du schéma directeur des eaux pluviales, le reste à payer pour les investissements décidés par Françoise PERON. Que faisons-nous avec ces 55 000€ (la moitié moins que le montant annuel des intérêts d’emprunts restitués aux banques, soit 1,5% des investissements précédents) ? Cet argent va essentiellement  servir à remplacer la cuve à fioul de la bibliothèque, à changer le photocopieur de l’école devenu obsolète, à remplacer les imprimantes de la mairie pour 2 nouveaux photocopieurs dans le but de supprimer les frais de cartouches d’encre  (3 000€ en 2014) et de répondre aux attentes de la Trésorerie en dématérialisant nos factures, et à acquérir du petit matériel pour les services techniques, afin de limiter le recours aux entreprises extérieures au strict minimum. Enfin, une provision de 20 000€ pour faire face aux imprévus.

C’est avec une infinie déception que nous sommes contraints de renoncer aux projets que nous avions envisagés dans un premier temps : la réfection des voies communales dont celle menant à Irvillac et au centre nautique pour lesquelles il était urgent d’intervenir,  les équipements pour l’école comme les vidéos projecteurs et le mobilier, les aménagements de sécurité,  pour ne prendre que ces illustrations.

En d’autres termes, nous n’avons que 2 choix possibles :

  • soit assurer la maintenance et l’entretien de notre patrimoine pour éviter l’amplification des dégradations dont la remise en état sera forcément encore plus coûteux,
  • Soit recourir à l’emprunt et aggraver une situation déjà périlleuse en accélérant la spirale du surendettement, risquant ainsi de ne plus pouvoir payer nos dettes dans les prochaines années.

Alors comment faire pour trouver 250 000€ ? La minorité vous répondra : c’est facile, il n’y a qu’à vendre l’ancienne mairie, les autres bâtiments et la réserve foncière de Kerjean. Sauf qu’à aucun moment durant leur mandat, cette équipe n’a entamé les démarches pour récupérer cet argent avant de le dépenser ! Il nous faudrait maintenant vendre le terrain de Kerjean à un marchand, puisque nous ne pouvons assurer la maîtrise d’ouvrage faute de budget, qui pourra en faire ce qu’il veut, certes dans le cadre du PLU. Acculés, nous devrions nous précipiter pour trouver un acheteur pour des bâtiments dans un état plus que discutable, à la limite du vendable : l’ancienne mairie, la maison Kerneis (l’ancienne poste), l’appartement au-dessus de la boulangerie, l’ancien crédit maritime,…pour nous sauver de la faillite et repartir ainsi du bon pied. Nous ne sommes pas naïfs, ce ne sont pas pas ces cessions qui nous sortiront de l’ornière dans laquelle nous nous trouvons. De plus, la conjoncture n’est absolument pas favorable pour ce type d’opérations. Nous prétendons penser nos investissements, monter des projets cohérents, compatibles avec notre environnement et les attentes de nos concitoyens qui ne sont pas venus habiter à Logonna Daoulas par hasard.

Alors oui, nous allons vendre très probablement une partie de ce patrimoine parce que nous ne pouvons pas faire autrement. Les recettes ainsi récupérées, de l’ordre de 300 000 ou 400 000 euros, serviront à remettre en état nos routes et chemins, à remplacer notamment les toitures de la bibliothèque et du cabinet médical en fin de vie, à mettre en œuvre une politique de maintenance  et d’entretien qui avait, ces dernières années, disparu à Logonna.

Comme le confirme notre trésorier payeur, la situation financière est doublement compliquée : nous avons affaire à une dette jeune et conséquente. Les années 2016 et 2017 s’annoncent tout aussi difficiles ! Cela va donc durer : le mandat très certainement et probablement les mandats suivants. En effet, les nouveaux bâtiments vont entrainer, dans les prochaines décennies des frais de mise aux normes, de réfection, de réparation. L’école va continuer de vieillir tout comme les chaussées et les matériels. Le contexte national de restriction des dotations va également s’inscrire dans la durée. Un constat peu réjouissant pour le futur !

C’est pour toutes ces raisons que les conseillers municipaux de la majorité ont choisi la moins mauvaise des solutions à leurs yeux : augmenter les impôts de 10% pour augmenter les recettes de 100 000 € et contracter de nouveau un emprunt de 150 000€. Cette décision s’est prise dans la douleur, contraints et forcés d’assumer les conséquences des choix de nos prédécesseurs.

Ces explications, nous vous les devons. Aussi, pour répondre à vos légitimes interrogations, nous organiserons prochainement deux réunions publiques à Kejadenn.

En attendant ces échanges, nous rendrons accessibles la totalité du budget primitif 2015 sur le site internet de la commune afin que chaque habitant puisse se faire sa propre idée de la situation.

 

Les élus de la majorité