Conférence “Evaluer les effets des débris plastiques sur les écosystèmes marins : un challenge en pleine évolution !”

Date / Heure
Date(s) - 28/11/2019
16h00

Emplacement
Centre nautique

Catégories


Dans le cadre des Journées de Rencontres Jeunes Chercheurs/euses (JRJC) 2019, les divisions Physique nucléaire et Champs & particules de la SFP organisent une conférence grand public.

La pollution plastique marine est un problème environnemental majeur. Compte tenu de leur omniprésence dans les océans et, pour certains de leurs petites dimensions, l’ingestion de particules de microplastiques (MP) et de nanoplastiques (NP) et leur impact ultérieur sur la vie marine suscitent de plus en plus d’inquiétude. Même si toutes les clés de compréhension des phénomènes ne sont pas encore connues, les transferts le long de la chaîne trophique, le déplacement éventuel de ces microparticules, porteuses de polluants et/ou d’espèces invasives voire pathogènes constituent une préoccupation majeure dans le monde scientifique.

Une partie de ces problématiques a été abordée au cours de différents projets de recherche menés au sein du Laboratoire des Sciences de l’environnement marins (LEMAR) à Brest et notamment : l’évaluation de la contamination en microplastiques de la Rade de Brest; la colonisation des microplastiques présents en Rade par des bactéries; les effets de l’ingestion de MP sur des huîtres, des moules ou des larves de poissons (bars), l’effet de nanoparticules de plastique sur les gamètes d’huîtres (ovocytes et spermatozoïdes)… Les résultats obtenus à l’issu de ces expositions sont une source d’inquiétudes légitimes. Cependant, la plupart des études expérimentales ont utilisé des doses de microsphères plastiques vierges qui sont plus ou moins représentatives d’une réalité environnementale encore mal connue et sans doute plus complexe. Un travail important reste à faire pour évaluer l’impact réel de la pollution des micro et nanoplastiques sur l’environnement marin.

A l’occasion de cette présentation, nous verrons également comment les messages transmis par les médias au grand public, à partir des résultats d’études scientifiques sur la pollution plastique, sont parfois déformés et/ou simplifiés. Plus que jamais l’importance d’une information fiable et l’exercice du sens critique sont les clés de la compréhension du monde qui nous entoure et permettront aux citoyens que nous sommes d’agir en conséquence.

Christophe Lambert est ingénieur de recherche (PhD, HDR) au CNRS, responsable de la plateforme cytométrie (cytométrie en flux, microscopie à épifluorescence) au Laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin à Plouzané (29).

Partager :

Vous aimerez aussi...